Chargement Évènements

Agenda

Le savoir psychopathologique est issu des classifications de la psychiatrie classique, son usage – autrefois considéré comme relevant d’une autorité indéniable, condition du rétablissement thérapeutique – est aujourd’hui remis en question. La psychanalyse, dès la découverte freudienne de l’inconscient, a apporté un éclairage nouveau et prolifique sur les processus et mécanismes psychiques, ainsi que sur les stratégies thérapeutiques possibles, en situant l’implication du sujet dans son symptôme, et en repérant la dimension culturelle des mutations des formes de souffrance subjective. Elle est donc concernée par cette actualité. En outre, la demande citoyenne de restauration d’un accueil digne des patients dans les établissements de santé et médico-sociaux témoigne d’une forte attente sociétale : que le corps et ses symptômes trouvent un point limite de traitement. Force est de constater que la psychopathologie psychanalytique offre des perspectives en la matière, parce que ne considérant pas le savoir et la compliance du sujet comme des conditions sine qua non du travail par la parole, elle le rend par là même possible. En témoigne la vitalité des travaux et dispositifs cliniques récents orientés par la psychanalyse, que cette Journée d’Étude présentera, qu’ils concernent par exemple les psychoses et leurs modes de stabilisation, les enjeux de l’articulation de la psychanalyse avec les neurosciences, ou bien encore l’interprétation des problématiques cliniques liées au genre à partir de la notion de sexuation. La réalisation des recherches et la mise en place des dispositifs cliniques orientés par la psychanalyse sont basées sur le désir de rencontrer la différence absolue des patients, mais aussi sur une formation qui tienne compte de l’état des savoirs psychopathologiques en jeu. Pour la formalisation et la diffusion de ces savoirs, le lien de transmission est essentiel. Singulièrement, le Pr. François Sauvagnat a été l’un de ceux qui y a le plus œuvré à l’université. Il nous a quittés en mai 2020, c’est une lourde perte pour le Laboratoire qui organise cette Journée et dont il faisait partie, pour ses collègues et amis, et pour ses étudiant.es. Cet événement scientifique peut enfin lui rendre hommage, et démontrer si besoin était les perspectives multiples offertes par son enseignement. Car le savoir de François Sauvagnat sur la psychopathologie psychanalytique, son histoire, ses implications politiques et sociales était immense. Ses recherches, toujours documentées aux meilleures sources, couvrant un large champ de la clinique, ne sacrifiaient ni à la mode ni à la facilité. Ses travaux, internationalement reconnus, ont donné lieu à un nombre impressionnant de communications en plusieurs langues. Avec rigueur, enthousiasme et humour, il a formé plusieurs générations de clinicien.e.s. Il a aussi travaillé avec des chercheurs.ses et praticien.e.s d’horizons et de formations variées. Leur rencontre avec lui a été bien souvent marquante, et parfois décisive dans leur dynamique de travail, locale ou internationale. Ainsi, nombre de mémoires et de thèses ont été effectués sous sa direction, mais elles l’ont aussi été « à son adresse ». Il reste alors le désir de poursuivre, tant les recherches et les enseignements de François Sauvagnat étaient à la fois extrêmement précis et subtils pour saisir les enjeux symptomatiques de notre époque. C’est ce à quoi s’emploiera cette Journée d’étude et d’hommage. Plusieurs interventions viseront à mettre en relief un aspect des travaux de François Sauvagnat, partant d’un point qui a éclairé et orienté le désir de recherche de chaque intervenant.e et qui a donné lieu à de nouveaux travaux dans le champ de la psychopathologie, de la psychanalyse et de leurs connexions. Il s’agit donc d’une Journée d’étude et de formation permettant une mise au point de l’actualité et des perspectives de la psychopathologie psychanalytique, à destination notamment des professionnels intéressés par la question du soin psychique, et des étudiant.e.s.